subsistance


subsistance

subsistance [ sybzistɑ̃s ] n. f.
XVIIe; d'un édifice 1514; de subsister
1Le fait de subsister, de pourvoir à ses besoins; ce qui sert à assurer l'existence matérielle. Assurer la subsistance du ménage (cf. Faire bouillir la marmite). On me condamna « à pourvoir à la subsistance et à l'éducation d'un enfant » (Diderot). « assurer à leurs familles des moyens de subsistance complémentaires » (Aymé). Les oiseaux « ne peuvent trouver leur subsistance que dans une mer ouverte » (Buffon). nourriture. Approvisionnement, ravitaillement (d'une collectivité). « Sa subsistance [de Paris] dépendait de tel arrivage d'un convoi de la Beauce » (Michelet).
2Écon. Économie de subsistance, orientée vers la satisfaction directe des besoins matériels.
3(1774) Vieilli Les subsistances : ensemble des vivres et des objets qui permettent de subsister (2o).
(1730) Mod. Milit. Service des subsistances : service de l'Intendance chargé de fournir ce qui est nécessaire à la nourriture des troupes.
4Militaire en subsistance, rattaché administrativement à une unité autre que la sienne.

subsistance nom féminin (de subsister) Nourriture et entretien de quelqu'un, satisfaction de ses besoins élémentaires : Assurer sa subsistance.

subsistance
n. f. Fait de subvenir à ses besoins, aux besoins de qqn; nourriture et entretien d'une personne. Pourvoir à la subsistance de qqn.

⇒SUBSISTANCE, subst. fém.
A. — Littéraire
1. Ce qui permet l'existence matérielle d'un individu, d'une collectivité. Contribuer à la subsistance de sa famille. La capacité qu'ont tous les produits, soit naturels, soit industriels, de servir à la subsistance de l'homme, se nomme particulièrement valeur d'utilité (PROUDHON, Syst. contrad. écon., t. 1, 1846, p. 61):
L'idée seule que, dans quinze jours, il me faudra verser à ma propriétaire, qui n'en a aucun besoin, une somme trouvée (?) au prix de quelles humiliations! et représentant notre subsistance pendant un mois, — cette idée infernale me prépare peu au respect pour les puissants salauds de ce monde.
BLOY, Journal, 1903, p. 204.
Agriculture, économie de subsistance. Agriculture, économie qui répond aux besoins essentiels de la population mais ne permet pas d'excédent. Une multitude de petites économies agricoles fermées, essentiellement autochtones, où règne l'économie de subsistance et de troc (Univers écon. et soc., 1960, p. 36-7). Les exploitations ont alors tendance à revenir à une agriculture de subsistance puisque les salaires fournissent le numéraire nécessaire à la famille (Traité sociol., 1967, p. 328).
Moyen de subsistance. Moyen d'existence. Le travail des compilations est devenu un véritable métier, un moyen de subsistance, ce qui a multiplié le nombre des ouvrages médiocres (CONDORCET, Esq. tabl. hist., 1794, p. 194).
Tirer sa subsistance de. Gagner sa vie en. Les professeurs sont les seuls êtres au monde qui tirent leur subsistance de la poésie, des langues qu'on ne parle plus, de la beauté inutile (BRASILLACH, Corneille, 1938, p. 188).
2. Spécialement
a) ARM. En subsistance. Rattaché provisoirement pour la nourriture et la solde, à une unité, à un corps autre que le sien. Être en subsistance. L'adjudant-général Flavigny, commandant la place d'Angers, me défendit de partir seul, et me mit en subsistance dans une compagnie de canonniers d'Eure-et-Loir (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 184).
b) SÉCUR. SOC. Prise en subsistance. ,,Prise en charge par une caisse d'assurances sociales, des prestations d'un assuré affilié à une autre caisse du même régime`` (Méd. Biol. Suppl. 1982).
B. — En partic. Ensemble des biens qui permettent la satisfaction des besoins alimentaires d'un individu ou d'une collectivité. Synon. approvisionnement, denrées, nourriture, ravitaillement, vivres. Assurer, procurer la subsistance; pourvoir à la subsistance. Un petit nombre d'hommes des classes aisées et privilégiées, dévore la subsistance d'une grande multitude (DESTUTT DE TR., Comment sur Espr. des lois, 1807, p. 379). Comment vous nourrissez-vous? J'ai qualité pour assurer la subsistance des prisonniers allemands que nous faisons (AMBRIÈRE, Gdes vac., 1946, p. 372).
♦ Au plur. [M. Necker] continua de rendre des services de chaque jour pour les subsistances de la capitale et pour les expédients du trésor (SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, t. 7, 1853, p. 364). Il y a là une première contradictionabaissement du niveau des subsistances parallèle au recul de la mortalitéqui est signalée par de nombreux auteurs (Tiers Monde, 1956, p. 372). De(s) subsistances. Relatif au ravitaillement alimentaire d'une communauté. Commission, crise, émeute de(s) subsistances. M. le maréchal ministre de la guerre, pour éviter à l'avenir tout désordre, a résolu de créer un bureau des subsistances en Afrique (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 310). Comme le problème des subsistances devenait aigu, la commune demanda, le 11 août, qu'on interdît le commerce de l'argent et la pratique des deux prix (LEFEBVRE, Révol. fr., 1963, p. 266).
♦ [À propos d'animaux] Nourriture. L'animal se meut pour chercher sa subsistance; c'est en cela que consiste en partie son être, c'est à cela qu'est en partie consacrée sa vie (P. LEROUX, Humanité, 1840, p. 109). Les mâles ne travaillent jamais (...) ils ne vont même pas butiner pour leur propre compte et ne peuvent pourvoir à leur subsistance (MAETERL., Vie abeilles, 1901, p. 191).
ARM. Service des subsistances. Service de l'intendance chargé de fournir l'alimentation nécessaire à la troupe. Sur le bordereau de répartition des cartes, qu'i' disait, on n'avait pas mis le service des subsistances, le troupeau de bétail et le convoi administratif (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 131).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1 a) 1471 « imposition jointe à la taille et affectée à l'entretien des troupes » (doc. ds ISAMBERT, Rec. gén. des anc. lois fr., t. 10, p. 625); ca 1730 plur. « tout ce qui est nécessaire à la nourriture et à l'entretien d'une armée » (FÉR. Crit., avec citat. de Voltaire); 1752 subsistance des pièces « se dit de ce qui se paye pour faire subsister les officiers, canonniers et soldats qui servent une batterie » (Trév.); 1812 mettre en subsistance « recueillir dans un régiment un soldat isolé, le nourrir et lui donner la solde » (MOZIN-BIBER t. 2); b) 1618 [éd.] « ce qui soutient l'existence » (VIGENÈRE, Traité du feu et du sel, p. 5); 1652 « moyens (matériels, financiers, etc.) de vivre » (LA ROCHEFOUCAULD, Œuvres, éd. D. L. Gilbert et J. Gourdault, t. 3, 1re part., p. 105); 1767 plur. « tout ce qui est nécessaire à l'alimentation d'une contrée (terme d'économie) » (QUESNAY, Dialogues sur le commerce ds BRUNOT t. 6, p. 245, note 4); 2. [1514 « fait de subsister (en parlant d'un édifice) » (BOUCHARD, Grandes chroniques de Bretagne, f° 43 v° ds DELB. mss)]. Dér. de subsister; suff. -ance. Autre mot que subsistance/subsistence (terme de philos.) (1372, D. FOULECHAT, trad. du Policraticus de J. de Salisbury, III, 6, 23 ds R. Ling. rom. t. 33, p. 323; fin XIVe s., Aalma, 11937 ds ROQUES t. 2, p. 400; 1541, CALVIN, Institution de la religion chrétienne, I, 13, 2, éd. J. D. Benoît, t. 1, p. 146) qui est empr. au lat. eccl. subsistentia (IVe s.-VIe s.) « substance, essence ». Fréq. abs. littér.:433. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 1 360, b) 238; XXe s.: a) 212, b) 425. Bbg. GUILHAUMOU (J.). Subsistance(s) et discours publics... Mots. 1984, n° 9, pp. 57-87.

subsistance [sybzistɑ̃s] n. f.
ÉTYM. 1514; de subsister.
———
I Vx (langue class.). Fait de subsister (1.). || « La subsistance de l'Église » (Bossuet). Permanence.
———
II (Mil. XVIIe).
1 Littér. ou style soutenu. Fait de subsister (2.), de pourvoir à ses besoins; ce qui sert à entretenir la vie, à assurer l'existence matérielle d'une personne ou d'une collectivité. Entretien (I., 3.). || Gagner sa subsistance. Pain (supra cit. 6), pitance (2.), vie; fam. bifteck. || Contribuer à la subsistance du ménage (→ fam. Faire bouillir la marmite). || Avoir la subsistance assurée (→ fam. La matérielle). || Moyens de subsistance (→ Méritoire, cit. 2). || Métier, état assez lucratif (cit. 1) pour donner une subsistance aisée. || L'argent nous presse pour notre subsistance (→ Aboyer, cit. 5). || Les troupeaux sont la subsistance des peuples pasteurs (cit. 3).Vx. || Assurer une subsistance à qqn, en lui versant une pension. aussi Aliment (supra cit. 3).
1 On me condamna à une amende considérable, aux frais de gésine, et à pourvoir à la subsistance et à l'éducation d'un enfant provenu des faits et gestes de mon ami le chevalier de Saint-Ouin, dont il était le portrait en miniature.
Diderot, Jacques le fataliste, Pl., p. 730.
2 Des démarcheurs visitent les pauvres et les persuadent de vendre quelques jours de vie afin d'assurer à leurs familles des moyens de subsistance complémentaires.
M. Aymé, le Passe-muraille, p. 86.
(En parlant des animaux). Nourriture (→ Lapin, cit. 2). || Tirer sa subsistance de qqch. || Trouver sa subsistance dans… (→ Glace, cit. 2).
(D'une collectivité). Approvisionnement, ravitaillement, ressource(s). || La subsistance de Paris, toujours incertaine (cit. 5), dépendait de tel arrivage d'un convoi de la Beauce.
2 Écon. || Économie de subsistance, fondée sur la production des seules denrées essentielles.
Admin. || Prise en subsistance : fait, pour une caisse de sécurité sociale, de verser des prestations à un assuré dépendant d'une autre caisse. Subsistant.
Milit. || En subsistance : rattaché pour la nourriture et la solde à une autre unité que la sienne.
3 (1652, Bossuet). Denrées, vivres. a Vx. Au sing. || Assurer la circulation des grains, faire passer la subsistance de province en province (→ Fédération, cit. 5).
b (1774). Au plur. || Les subsistances : l'ensemble de ce qui permet de subsister, de vivre, et qui est détruit par la consommation (denrées, en particulier).
3 Tous les hommes qui travaillent consomment pour subsister. Mais la consommation anéantit les « subsistances ». Il faut donc les faire renaître.
Quesnay, Dialogues sur le commerce…, p. 210, in Brunot, Hist. de la langue franç., t. VI, p. 245, note 4.
(1730). Milit. || Service des subsistances : service de l'Intendance chargé de fournir ce qui est nécessaire à la nourriture des troupes.
COMP. Autosubsistance.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • subsistance — Subsistance. s. f. v. Nourriture & entretenement. Pourvoir à la subsistance d une armée. fournir à la subsistance de quelqu un. il a sa subsistance asseurée. il travaille pour la subsistance de sa famille. Subsistance, se dit aussi, d Une… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • subsistance — (sub si stan s ) s. f. 1°   Nourriture et entretien. •   Il [Saint Aubin] fait excuse d avoir mis son bien à fonds perdu, fondé sur le besoin de la subsistance, SÉV. 19 nov. 1688. •   J avoue que Dieu ne leur a accordé [aux pauvres] aucun fonds… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SUBSISTANCE — s. f. Nourriture et entretien. Pourvoir à la subsistance d une armée. Fournir à la subsistance de quelqu un. Il a sa subsistance assurée. Il travaille pour la subsistance de sa famille. Il n a aucun moyen de subsistance.   Il se dit, au pluriel,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SUBSISTANCE — n. f. Nourriture et entretien. Pourvoir à la subsistance d’une armée. Tirer sa subsistance de quelque chose. Il a sa subsistance assurée. Il travaille pour la subsistance de sa famille. Il n’a aucun moyen de subsistance. En termes… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • SUBSISTANCE (ÉCONOMIE DE) — SUBSISTANCE ÉCONOMIE DE Certaines sociétés primitives ont été analysées comme des sociétés d’autosubsistance. Aujourd’hui encore, en Amérique latine, en Asie ou en Afrique, on peut trouver, plus ou moins exceptionnellement, des groupes sociaux de …   Encyclopédie Universelle

  • Agriculture de subsistance — Économie de subsistance L économie de subsistance est une économie choisie ou subie, relativement ou totalement à l écart des flux économiques, où règne essentiellement l autoconsommation. La production alimentaire, mobilière ou immobillière… …   Wikipédia en Français

  • Economie de subsistance — Économie de subsistance L économie de subsistance est une économie choisie ou subie, relativement ou totalement à l écart des flux économiques, où règne essentiellement l autoconsommation. La production alimentaire, mobilière ou immobillière… …   Wikipédia en Français

  • Économie de subsistance — Comme bien des agriculteurs de l Afrique subsaharienne, ce paysan camerounais cultive la terre à des fins uniques de subsistance, pour nourrir sa famille. L économie de subsistance est une économie choisie ou subie, relativement ou totalement à l …   Wikipédia en Français

  • Salaire de subsistance — Le salaire de subsistance est une notion créée par Karl Marx pour expliquer la condition de la classe ouvrière à la fin du XIXe siècle. Ainsi, c est le salaire versé aux travailleurs de manière à lui assurer le renouvellement de sa force de… …   Wikipédia en Français

  • pain — [ pɛ̃ ] n. m. • 1050; pan 980; lat. panis 1 ♦ Aliment fait de farine, d eau, de sel et de levain, pétri, fermenté et cuit au four (le pain, du pain); masse déterminée de cet aliment ayant une forme donnée (un pain). Pâte à pain. Faire du pain.… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.